Accueil > Actualités > Les enjeux de la filière Forêt-Bois pour les élections nationales en 2017 – Nos ressources, nos enjeux
foret_durable

foret_durableComment pérenniser le patrimoine de la filière Forêt-Bois dans les années à venir ?

L’organisation de la filière

Nos ressources, nos enjeux 

La filière Forêt-Bois est représentée par deux interprofessions nationales, composées de différentes Fédérations professionnelles de l’amont et de l’aval :

  • France Bois Forêt pour l’amont forestier, la 1ère transformation et l’exploitation/scieries
  • France Bois Industries Entreprises  pour l’aval de la filière et le CODIFAB, comité de développement économique

et dans les territoires, par des interprofessions régionales, membres du réseau France Bois Régions

Le Comité Stratégique de Filière (CSF) Bois, est au sein du Conseil National de l’Industrie (CNI), un lieu de dialogue entre l’ensemble de la filière professionnelle, les acteurs publics et ministères concernés (Economie et Industrie, Agriculture et Forêt, Logement, Ecologie, Recherche), les régions (ARF) et les syndicats signataires.

Enfin, le Conseil Supérieur de la Forêt et du Bois, composé de professionnels et d’élus assure collégialement un rôle de régulation des politiques nationales. Il suit et évalue le Programme national de la forêt et du bois.

… en chiffres

La filière est forte de :

  • 440 000 emplois directs et indirects
  • 60 milliards d’euros de CA

La filière regroupe 60 000 entreprises.

La forêt française occupe près de  16,5 millions d’hectares et représente un 1/3 du territoire national. 

3ème national forestière de l’Union Européenne en superficie

… la ressource forestière française

est composée d’une diversité d’essences

70% sont des feuillus
30% sont des résineux qui représente 3/4 des bois d’oeuvre

Le contexte national et international

La filière Forêt-Bois est un modèle type d’économie circulaire.

Depuis l’amont forestier jusqu’à l’aval industriel, elle peut créer à chaque stade de la valeur écologique et de la valeur économique, indissociables l’une de l’autre. Ses produits ont l’important privilège de stocker le carbone.

Une filière vulnérable

La filière forêt-bois est au coeur d’enjeux locaux et globaux, qui la rendent très sensible aux marchés internationaux et aux différentes politiques de taxations en vigueur.

Une filière en besoin d’investissements

Au cours de la précédente décénnie, la valeur ajoutée et les effectifs de la filière ont diminué fortement.

En effet, malgré les efforts soutenus de l’ensemble des professionnels amont et aval de la filière, les investissements de modernisation demeurent insuffisants. Cette tendance pourrait constituer un risque tant pour la pérennité de la forêt française  pour la compétitivité de ses industries.

Le poids de la concurrence mondiale

Le poids de la concurrence mondiale est en partie lié à l’arrivée sur les marchés de nouveaux acteurs, pays émergés ou émergents (en ce domaine, la Chine a multiplié par 5, en 10 ans, ses parts de marchés mondiales dans le secteur). Cette situation serait susceptible de fragiliser la filière dont la balance commerciale s’est néanmoins améliorée.

Des initiatives publiques à renforcer

1- La Banque Publique d’Investissement avec le Fonds Bois A (20 millions d’euros) pérenne jusqu’en 2021 et le lancement du Fonds Bois 2 (doté de 25 millions d’euros avec le soutien du CODIFAB à hauteur de 1 million et de l’Union des Industries de l’Ameublement à hauteur de 1 million).

2- Le rétablissement du Fonds Stratégique de la Forêt et du Bois par la loi du 13 octobre 2014, principalement abondé par des crédits d’Etat (avec 21,8 millions d’euros en crédits de paiements et 10,7 millions d’euros en autorisations d’engagements) et dont l’objectif est de concourir prioritairement aux projets d’investissements en forêt.

3- Le recours aux investissements d’avenir (PIA) au travers des plans de la Nouvelle France industrielle qui doit permettre le déploiement des IGH (immeubles de grandes hauteur) et le développement du bois dans la construction.

4- Le Fonds chaleur, initié par l’ADEME, devra être pérennisé. Créé en décembre 2008, le Fonds chaleur a été mis en place afin de soutenir la production de chaleur à partir de sources renouvelables. Il a été doté d’une enveloppe de 1,59 milliard d’euros pour la période 2009-2015. Dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, le doublement progressif du fonds chaleur d’ici 2017 a été annoncé.

Trois dynamiques de structuration de la filière

La stratégie globale de la filière passe par la mise en place d’une mutualisation des efforts et des collaborations entre acteurs publics et privés de la construction. Une mutualisation qui devrait fonder en termes de process, la structuration organisationnelle de la filière, objet de la triple dynamique suivante :

  • L’unité
  • La complémentarité
  • La citoyenneté

Ces trois caractéristiques sont celles d’une filière forêt-bois consciente que plus les industries de transformation sont performantes avec du bois français, plus la gestion forestière est dynamisée, la sylviculture active, et les services environnementaux confortés. 

Télécharger le Livre Blanc « Les enjeux de la filière forêt-bois pour les élections nationales 2017 » >

Les commentaires sont fermés.